Sylvie

plume-152

Quelle pièce nous jouais-tu, en ce matin frileux,

Loin des feux de la rampe, loin de tes partenaires ?

Une sorte de drame au scénario douteux,

Sur le bord d’une route , théâtre imaginaire.

Cette pièce sans nom, sans texte et sans décor,

Que pour toi, la Camarde a voulu mettre en scène,

Vers un autre théatre t’a servi de passeport,

T’a donné la vedette, t’a pris et puis t’emmène.

Nous, on a éteint les lampes et tiré le rideau,

Oublié les répliques que tu ne suivras plus,

Caché les accessoires et rangé les chapeaux,

La comédie est triste … et c’était pas prévu.

Nous garderons de toi, ta générosité,

Ce besoin de toujours payer de ta personne,

De vouloir jouer mieux en toute humilité,

Et d’avoir, pour la scène, une passion gloutonne.

Le théatre reprendra car la vie continue.

Tu seras quelque part, sur la scène, parmi nous.

Nous rejouerons pour toi, car tu l’aurais voulu.

Allez salut l’artiste et grand merci pour tout.